Suivi et évolution du jeûne

 

JOUR 1 :  Ce premier jour se déroule très facilement, comme si rien n’avait changé. Une légère euphorie en fin de journée sans raison particulière. J’ai hâte de rentrer dans le vif du sujet et découvrir ce qui m’attend durant ces 24 prochains jours. Pensez à consulter les photos dans l’onglet « pages » en haut à gauche du blog.

JOUR 2 : Aujourd’hui ce fut très difficile, d’abord j’ai presque pas dormi de la nuit, ceci dis comme d’habitude. Au lever, j’ai eu une crise d’asthme (ca faisait des mois que j’en avais pas eu une comme ça) j’ai essayé d’attendre et que ça passe (je sais très bien gérer mon asthme et je connais la « limite ») sans prendre de médicaments, c’est en effet déconseillé pendant le jeûne. Mais finalement après quelques heures vu que ça ne passait pas j’ai utilisé les médicaments, en plus je devais aller travailler. Vers 21h00, lorsque je rentre chez moi, j’ai une envie psychologique de manger quasiment irrésistible, je suis à presque rien de craquer, mais un ami à qui j’en ai parlé pour me soutenir me trouve les bons mots « c’est un combat avec toi même, c’est toi qui a décidé de faire ça » et j’ai tenu. Dans la soirée tout en continuant à consommer des tisanes, je ressens alors une douleur très forte sur tout le côté droit de l’abdomen, je dirai que c’est le foie, peut-être même une partie de l’estomac. C’était comme une sorte de crampe, je ne pouvais plus bouger, ça à duré une petite heure puis plus rien. Une douleur au niveau de la poitrine côté droit se fait ressentir durant de longue heures. Je finis par m’endormir à 4h du matin.

JOUR 3 : Je me réveille avec une super sensation de bien-être vers 11h. Je n’ai pas spécialement faim, juste un peu envie de manger mais ce n’est pas de la vrai faim. Le matin je tousse quelques fois et crache des petites choses noires, ça vient des poumons. Ensuite, une douleur à la poitrine je dirai, coté gauche cette fois ci au même endroit et même sensation qu’hier apparait en fin de soirée. Ce soir l’envie psychologique de manger n’est presque plus là, ça devrait devenir plus facile déjà. C’est incroyable de constater que mon estomac n’a pas « réclamé » de nourriture en 3 jours. Je me sens plutôt bien au final à part cette légère douleur à la poitrine.

JOUR 4 : Dimanche,  j’ai passé ma journée à dormir par siestes entrecoupées. Je me demande comment je pourrais aller travailler demain si je suis dans le même état de fatigue. On verra bien… Mon envie psychologique de manger est revenu, et je pense souvent à la nourriture. J’espère vraiment que  je vais pouvoir tenir 24 jours surtout les jours de travail, tout à l’heure je me suis levé trop vite et j’ai eu la tête qui tournait. heureusement que je suis en vacances les 9 derniers jours. A part ça j’ai l’impression que ma peau est plus jolie et j’ai presque plus de petits boutons que je me trimballe depuis des années dans le dos et parfois un peu sur le visage. Extrait d’un article sur le jeûne : « Le plus difficile n’est pas de se priver de nourriture, le passage délicat est la crise d’acidose. Cette crise apparaît en général au 3ième jour de jeûne. Cela se traduit par des nausées, faiblesse, migraines. C’est le prix à payer pour passer le cap. Le corps apprend alors à vivre des réserves et à fabriquer lui-même les tissus. » (source : http://www.osenvol.fr/blog/)

JOUR 5 : Ça va un peu mieux aujourd’hui, pas trop d’envie de nourriture, quelques nausées mais moins qu’hier. Je pense que je vais pouvoir travailler sans trop de problème. J’ai perdu 5kg ! Je pèse 88kg et j’imagine que ça va se stabiliser un peu, parce qu’à ce rythme je vais perdre 24kg en tout. Pour rappel je pesai 93kg au début du jeûne et 97kg au mois de décembre. Mais ce n’est pas le but ne l’oublions pas. En fin de soirée je me sens bien, rien à signaler, pas de fatigue particulière, pas spécialement faim… Juste une chose, j’ai encore craché noir, ça fais peur et plaisir à voir, en effet ça me donne une motivation supplémentaire pour tenir, c’est une preuve pour moi que le corps élimine les toxines. Et bien comme il faut !

JOUR 6 : Ce jour aura été de loin le plus facile depuis le début du jeûne, je me sens léger, en forme et de bonne humeur. Si tous les jours pouvait se passer de cette façon le jeûne serai plutôt facile. J’ai la sensation que mes sens sont aiguisés, surtout au niveau de l’odorat. A part ça rien de particulier.

JOUR 7 : Une semaine ! Et bien si ça continue comme ça, je n’aurai plus grand chose à raconter, c’est simple aujourd’hui c’était encore plus facile qu’hier, pas du tout faim et en plus plein d’énergie. La seule chose notable c’est une très forte nausée le matin au réveil qui a disparu en dix minutes. Première certitude sur le jeûne, c’est qu’on peut ne pas manger au moins une semaine et être en pleine forme (mise à part les premiers jours).

JOUR 8 : :-) journée parfaite !

JOUR 9 : :-) journée encore parfaite ! J’ai mis les photos du neuvième jour de jeûne (avec plus de 7kg perdu !).

JOUR 10 : Aujourd’hui c’est pas ça. Physiquement aucun problème, je sens que je peux tenir encore longtemps, mais mentalement je sais pas pourquoi d’un coup je sature en ce moment, je me dis en plus que j’en suis même pas à la moitié… bref j’avoue que là c’est dur. Je trouve personnellement que le weekend est encore plus difficile en fait parce que je ne travaille presque pas du tout, et étant moins occupé parce que j’évite de sortir pendant mon jeûne, je pense beaucoup plus à la nourriture. Mais si je craque à cause du mental je vais regretter une fois mon premier repas terminé, ça c’est sur.

JOUR 11 : Et bien j’ai dormi 14 heures d’affilées cette nuit. Cela faisait des années que je n’avais pas aussi bien dormi et je me sens au réveil beaucoup mieux qu’hier, vraiment mieux. Mon corps me montre aujourd’hui certains signes comme une forte douleur au niveau d’une articulation où j’ai eu régulièrement des tendinites ainsi qu’un bouton de fièvre qui es sorti (j’en ai 2 ou 3 en moyenne par an depuis une dizaine d’années). Il est dit que pendant les jeûnes longs, les dérèglements du corps, tout ce qui ne va pas à tendance à se manifester de façon intense (plus que jamais) pour pouvoir ensuite disparaitre dans la plupart des cas. J’espère que c’est ça !

JOUR 12 : J’ai fais la moitié ! Ce soir je suis vraiment très fatigué et me couche tôt, je sens que mon corps ne réclame que ça, du repos.

JOUR 13 : Depuis hier mes journées se résume à dormir et à aller travailler, mais ça devient limite insupportable d’y aller parce que je suis vraiment épuisé. Je sais en plus que si j’étais entièrement au calme ça irait, mais là j’en peux plus, heureusement il ne me reste plus que 3 jours avant d’être en vacances. Un deuxième bouton de fièvre est apparu et franchement ce sont les plus gros que j’ai jamais eu, et surtout 2 en même temps c’est plutôt rare chez moi. Une légère douleur au niveau des reins également est apparu aujourd’hui. Malgré tout ça je sens que c’est une bonne chose tout ce que je vis. Je discute depuis quelques jours avec un spécialiste du jeûne habitant au Canada, et je lui explique comment se déroule mon jeûne et les symptômes qui apparaissent, d’après lui c’est très bon signe. Cela me rassure. Je file me coucher et récupérer au maximum j’en ai bien besoin.

MODIFICATION DU JEÛNE : passage au « semi-jeûne » jusqu’au 24ième jour avec des fruits et légumes et j’explique ci dessous pourquoi

Tout d’abord ma douleur aux reins s’intensifie vraiment depuis 2h et m’empêche de dormir. Du coup je me lève, fais des recherches à ce sujet (je commence à avoir une base de données sur le jeûne assez importante) et je tombe sur quelque chose qui soutient que lorsque les urines redeviennent clair (ce qui m’arrive) qu’on ne perd plus de poids (je n’ai presque plus perdu de poids depuis 3 jours alors que je perdais 1kg par jour) ou qu’encore des douleurs aux reins se manifestent alors il faut mieux continuer en semi jeûne, c’est à dire avec des jus de fruits et des légumes pour « relancer le processus d’autolyse ». De continuer à l’eau comme je le fais pourrait alors servir à rien voir même devenir dangereux. Après avoir lu ça je me suis dis qu’il fallait peut-être passer en semi-jeûne, et rapidement (quelque part je vous avoue que cela m’arrange, mais que je ne décide pas en fonction de ça). Voici les détails et l’explication détaillées ci dessous (j’ai souligner les éléments importants à lire) :

Jeûne la méthode Mosséri PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Albert Mosséri
Du nouveau dans la conduite du jeûne
En 1986, j’ai fait dans le domaine du jeûne, une découverte prodigieuse qui m’a amené à réviser ma méthode sheltonnienne.
Un homme de 37 ans a jeûné avec ma supervision. Au cours des 14 années précédentes, il avait pris 104 tranquillisants différents pour son état nerveux. Il a alors voulu se guérir sans médicaments. Il a jeûné pendant 29 jours.
Alors il est devenu tendu, incapable de se détendre ou de dormir et de boire de l’eau malgré une soif intense et une douleur aiguë aux reins. Je lui ai dit qu’il ne pouvait pas continuer ainsi, bien qu’il ait encore beaucoup à éliminer: sa langue était très chargée, son urine foncée, son haleine fétide et il avait des douleurs aux reins malgré toute l’eau qu’il avait bue.
Il avait tout son temps et voulait compléter sa détoxination. J’ai donc conclu que, dans sa condition, il valait mieux qu’il adopte un régime de détoxination. Il a donc recommencé à s’alimenter progressivement.
Trois jours après avoir terminé son jeûne, je suis entré dans sa chambre pour lui apporter quelques petites pommes. Il m’a dit: «M. Mosséri, regardez ma langue!» Elle était noire comme du charbon! Il n’a pas pris longtemps pour comprendre cette surprise. J’avais déjà vu quelques cas où la langue était devenue noire pendant un jeûne, mais cet homme avait recommencé à manger!
Cette couleur n’était pas accidentelle: elle avait été provoquée avec ce régime de détoxination. L’élimination avait repris, aussi forte que pendant un jeûne. Depuis une dizaine de jours, depuis son 20e jour de jeûne, son élimination était très faible. Sa langue est restée noire pendant quelques jours, puis elle est devenue jaune moutarde pendant plusieurs semaines, avant de revenir à sa couleur rose. Alors la faim lui est revenue – une vraie faim – et ses douleurs aux reins ont disparu. Il a alors adopté une alimentation normale. Évidemment, ce menu léger avait accéléré son élimination.  
Tester cette nouvelle méthode
Je me suis demandé si ce cas était une exception, ou s’il pourrait être imité autant que possible par d’autres jeûneurs. J’ai donc vérifié en appliquant la même approche à de nombreux cas variés.
J’ai appliqué la même approche avec deux soeurs qui, dès qu’elles ont cessé leur jeûne, ont eu la langue couverte de brun.
Depuis lors, 90 % des jeûneurs que je supervise ont une langue colorée dès qu’ils cessent de jeûner et commencent un demi-jeûne et les autres 10 % obtiennent le même résultat lors d’un deuxième jeûne.
Ce demi-jeûne doit être continué tant que la langue est même un peu colorée. Une langue noire indique que l’élimination s’est approfondie, atteignant le niveau cellulaire pour traquer des toxines, souvent des médicaments, accumulées depuis des décennies.
Les étapes du jeûne
D’autres questions me sont venues naturellement à l’esprit : à quel moment vaut-il mieux mettre fin au jeûne et passer au demi-jeûne ? Quelle quantité de nourriture crue doit-on donner après le jeûne ?
J’avais déjà observé plusieurs fois, qu’après un certain nombre de jours de jeûne, le poids du jeûneur cesse de baisser et l’élimination est suspendue. Maintenant, je comprends pourquoi!
Quant aux quantités d’alimentation, après une période de tâtonnement, je suis parvenu à établir une ration normale, adaptée selon la taille de la personne.
Dans la méthode classique, promue par Shelton, le jeûne à l’eau au lit est poursuivi même si le corps cesse de perdre du poids; l’élimination devient alors pratiquement nulle et on perd du temps. Quand on cesse pratiquement de perdre du poids et qu’on observe pratiquement pas de signes d’élimination, c’est que le corps n’a pas assez de vitamines, d’enzymes et de minéraux pour poursuivre ce travail. Le corps en a alors tout juste assez pour survivre.
Les réserves du corps sont déséquilibrées: il y a toujours trop de graisse et de toxines et trop peu d’éléments essentiels. Quand ces réserves s’épuisent, nous passons à l’étape suivante, le demi-jeûne et dans 90 % des cas la couleur de la langue change rapidement, indiquant un regain de l’élimination. Pour les autres, on observe le même phénomène lors d’un second jeûne.
Avec la méthode classique sheltonienne, il est très rare que la langue se colore ainsi, même si le jeûne est poursuivi jusqu’à 60 ou 70 jours.
Tant que la langue est de couleur anormale (noir, brun, la moutarde verte, beige), le demi-jeûne se poursuit jusqu’au retour de la langue colorée d’un rose naturel, ce qui indique la fin de l’élimination. La langue devient rose en même temps que le jeûneur arrête de cracher, l’urine devient claire, l’haleine devient parfumée et les malaises cessent. On introduit alors au menu des aliments plus concentrés.
Le demi-jeûne peut durer pendant une semaine ou plusieurs, selon le degré de toxémie.
Avec cette nouvelle méthode, le jeûne devient plus facile, comporte moins de problèmes et de risques et est plus efficace. Le jeûne devient précis, scientifique et sans angles morts ou surprises. Cette découverte importante confirme que les longs jeûnes comportent une perte de temps.
J’ai appelé cette seconde la partie du jeûne qui suit le jeûne à l’eau « demi-jeûne », mais en réalité, c’est un régime d’élimination, puisqu’on mange un kilo d’aliments par jour, moitié fruits, moitié légumes. Mais je préfère l’appeler « demi-jeûne », pour souligner que la personne poursuit l’élimination et doit manger certains aliments et dans certaines quantités. On doit garder l’impression qu’on continue la détoxination sous une autre forme moins intense que le jeûne intégral.
Les éléments de cette méthode
Quand on cesse de manger, l’élimination commence et on en observe la preuve par une langue blanche couverte du mucus, une haleine fétide, un mauvais goût dans la bouche, un amaigrissement et d’autres signes selon chaque personne. Le jeûne continue. Puis vient un moment où l’élimination ralentit parce que le corps a utilisé les réserves du corps en vitamines, enzymes et minéraux. Selon la personne, ces réserves d’éléments essentiels durent environ 7 à 20 jours. À la fin de cette période, l’élimination ralentit, comme l’indiquent les signes suivants :
* La perte de poids ralentit à 500 g à 1 kg par semaine, alors qu’elle était de 500 g à 1 kg par jour auparavant. La perte de poids indiquait une forte élimination de toxines et d’eau accumulée.
* L’urine devient claire.
Le poids qui se stabilise est le signal principal de passer au demi-jeûne.
* La soif disparaît et l’eau prend un goût désagréable, alors qu’auparavant l’élimination créait le besoin de boire pour diluer les toxines et les expulser dans l’urine.
* La couche de mucus sur  la langue est plus légère, moins épaisse et moins colorée et le mauvais goût dans la bouche diminue.
* D’autres signes spécifiques à chaque personne peuvent aussi indiquer le ralentissement de l’élimination.
* Alors, quand ces signes de ralentissement d’élimination apparaissent, on doit la relancer, en cessant le jeûne et en apportant de nouveau  au corps les éléments nutritifs sous forme d’aliments crus, naturels…
* 500 grammes de fruits crus, pris jusqu’à l’après-midi, cette quantité variant selon la hauteur de la personne;
* 500 grammes de crudités et salade, pris en deux fois dans la soirée.
Favoriser l’élimination
Ces quantités ne devraient pas être augmentées, sinon la digestion prendra l’énergie nécessaire pour l’élimination et la fera cesser.
Le jeûneur devrait boire beaucoup d’eau entre minuit et midi, parce que c’est à ce moment que l’élimination est à son plus fort. Si la personne n’est pas capable de boire au moins un litre d’eau par jour, on peut en agrémenter la saveur avec du jus de citron.
Les fruits que je préfère donner sont les pommes, qui agissent comme un bon balai dans les intestins.
Parfois, on doit manger des fruits riches en eau, comme le melon ou la pastèque.
Aussitôt qu’on passe au demi-jeûne, et qu’on relance l’élimination, on doit examiner la langue chaque matin avant de mettre quoi que ce soit dans la bouche. Après quelques jours, ou quelques heures, la langue se colorera noire, jaune, rouge brunâtre. On poursuit le demi-jeûne jusqu’à ce que la langue soit complètement claire, propre, rose et tous les signes d’élimination (soif, mauvais goût dans la bouche au  réveil, mauvaise haleine, crachement, etc.) disparaissent.
On ne doit pas attendre que la faim revienne, parce que cet instinct est d’habitude inopérant parmi les gens civilisés!

 

SOURCE ET ARTICLE AU COMPLET : http://www.nature-sante.org/index.php?option=com_content&view=article&id=267:jeune-la-methode-mosseri&catid=18:jeune&Itemid=25

 

 

 

JOUR 14 : Et bien c’est fait, je voulais attendre le soir pour marquer les 2 semaines mais bon après avoir fait les courses en fruits et légumes c’était trop tentant. Je vais donc respecter les 500 gr de fruits et légumes par jour (ça fais pas tant que ça en fait). Aujourd’hui c’est donc une pomme (en compote) et un demi ananas. Et à peine quelques heures plus tard je constate que le couleur de mes urines est marron foncé comme j’ai rarement vu. Cela voudrait peut-être dire que j’ai bien relancé le processus d’élimination comme l’explique Mr Mosséri dans son article ci dessus. Je sens l’energie revenir et je devrai pouvoir aller travailler sans trop de problème.

J’ai mis les photos d’aujourd’hui en ligne

JOUR 15 : Je ne regrette vraiment pas d’avoir suivi les conseils de Mr Mosséri, en effet les symptômes d’élimination sont encore plus prononcés, mais sans le côté négatif de l’épuisement du jeûne (je ne sais pas si cela a un rapport). Ma langue est légèrement marron au réveil, c’est la première fois que je vois ça, je crache noir à nouveau et mes urines n’en parlons pas. Cela me réjouit ! Je sens cependant que je ne pourrais pas faire d’efforts violent ou prolongés. Et au fait mon asthme, ça va beaucoup mieux, je n’ai pour ainsi dire quasiment pas utilisé de médicaments ces derniers jours, je suis cependant essoufflé très facilement mais sans la gêne habituel. Je pense que le souffle va revenir progressivement. En tout cas pour moi c’est une grande amélioration ce jeûne et je compte bien refaire la même chose l’an prochain en partant sur 14 jours de jeûne + 14 jours de « demi-jeûne » (qui finalement fait également presque office de reprise alimentaire).

JOUR 16 : Je crois qu’aujourd’hui j’ai dépassé un peu les 500 gr de fruits et légumes… avec du riz et du poisson. Je sais c’est pas du tout ce qui était prévu. Je ne pouvais plus supporter l’état dans lequel j’étais, c’est à dire à moitié « mort-vivant », et pour stopper tout ça, je me suis dis que ça me ferait du bien un vrai repas, et ça a été le cas, vraiment. J’ai donc rompu la phase de demi-jeûne aujourd’hui au repas du midi. Je souhaite cependant continuer malgré cet écart. Je pense que l’efficacité en sera amoindri, mais je tiens à poursuivre. Ce que j’ai fait le soir même.

Une chose m’est arrivé hier ainsi qu’aujourd’hui, j’ai retrouvé de « petits cailloux » dans mon urine. Lorsqu’il sont passés cela m’a fait plutôt mal et après confirmation (d’après les symptômes) ce serait des calculs rénaux. Et la douleur vive que j’ai ressenti le jour 13 aux niveau des reins serait très probablement lié à ça. Pour sur, le jeûne a du les expulser de mon corps avant que ceux ci ne deviennent plus gros. Je ne crois pas une seconde que ce soit arrivé par hasard à la fin du jeûne, il y à probablement eu un nettoyage aux niveau des reins et en voici la preuve physique. En tout cas c’est assez surprenant quand on s’y attend pas

JOUR 18 : Ça y est, j’ai vraiment rompu mon demi-jeûne, un repas en famille et tout à basculé… Je m’arrête donc ce jour dans l’évolution de ce journal. Le prochain jeûne sera lui prévu pour fin août 2013, je referai 14 jours ou plus que vous pourrez suivre par l’intermédiaire de ce blog. D’ici là je continuerai à poster,  tous les deux mois environ, des photos et mes impressions pour que vous puissiez voir l’impact du sport et du changement radical de mon alimentation sur le corps qui se compose désormais d’aliments sains et naturel.

 

 

Vous n’avez aucune idée de ce dont vous êtes capable.

Anonyme



5 commentaires

  1. Fred 7 mars

    Bien joue mon pote !
    14 jours de jeune, ca commence a faire et la diete qui suit semble bien detoxiquer aussi…
    Bref une fois de plus tu as prouve que rien n est impossible et que tu es bien place pour pousser les limites ;)
    A quand les photos de maintenant identique a celles de 18 ans ?

    Répondre

  2. histoiresetexperiences 8 mars

    Merci pour ton soutien :-)

    Répondre

  3. Karim 11 mars

    Bonjour,

    J’ai lu en partie votre témoignage sur le site jeûne et santé, pratiquant le jeûne depuis pas mal d’année, je voulais juste vous dire que pour détoxiquer l’organisme, il faut plus qu’un jeûne! Nous sommes composés de +70 Trilliards de cellules, le nettoyage prend du temps…
    La chose à savoir aussi, c’est qu’il y a des périodes plus propice au jeûne, le printemps et l’automne. Il vaut mieux éviter pendant l’hiver car cela affaiblie le système immunitaire.
    Ce qui est bien aussi de faire est d’alterner jeûne sec et jeûne hydrique, cela permet l’élimination des toxine au niveau de la lymphe, donc plus en profondeur.
    Jeûner c’est bien, mais la 1ère chose à faire c’est de d’abord réformer son alimentation et manger sains…
    Bravo et bon courage pour la suite.

    Répondre

Laisser un commentaire

Samko |
Derpano |
Stopclope |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Goldoweb
| Jonmale
| Docha